Catégories

Conseils pratiques

Mon chat perd ses poils

En automne, de nombreux chats font leur mue. Il arrive cependant aussi que cette perte de poils soit démesurée et révèle un problème dermatologique.

C'est physiologique : en automne, les chats qui se baladent à l'extérieur des maisons et sont donc soumis à la photopériode, muent. Et la seule façon de ne pas voir le sol de sa maison et ses vêtements se couvrir de poils, est de brosser son animal soigneusement, au moins une fois par jour. Brosse avec picots de massage, brosse avec système d'éjection des poils ramassés, étrille, gant de brossage ou simple brosse à cheveux recyclée, tout est possible, à condition que le geste soit doux et méticuleux.

Ce brossage sera aussi l'occasion pour vous de vérifier que cette perte de poils est uniforme. Si vous constatez la présence de zones sans poils, de plaques anormales sur la peau, et que votre chat se lèche et se gratte beaucoup, il ne s'agit pas d'une simple mue. « Dans un premier temps, je conseille au propriétaire de vérifier que les traitements antiparasitaires de leur chat sont à jour, décrit le Dr Emmanuel Bensignor, vétérinaire spécialiste en dermatologie, praticien à Cesson-Sévigné et à Nantes. En cette saison, les chats peuvent notamment être infestés par des aoûtats. »

Si la reprise du traitement antiparasitaire n'a pas entraîné la disparition des plaques rougeâtres sur la peau, vous pouvez soupçonner aussi la présence d'une maladie fongique, de type mycose ou teigne. Dans ce cas, la consultation d'un vétérinaire s'impose rapidement car cette dernière est contagieuse et peut se transmettre à l'homme.

Mais la présence de zones de peau sans poils, notamment sur le ventre et le dos, et de plaques irritées peut aussi être causée par une allergie saisonnière. « Environ un chat sur dix est allergique, précise le spécialiste. Ils réagissent notamment beaucoup aux pollens qu'ils attrapent par terre et qui se logent sur leurs poils et dans leurs pattes. Cette allergie déclenche des symptômes cutanés et respiratoires. » Des traitements antiallergiques sont alors prescrits. S'ils s'avèrent inefficaces, une désensibilisation peut être envisagée grâce à un nouveau traitement qui s'administre via des gouttes sous la langue, comme en médecine humaine.

Dans quelques rares cas, la perte de poils est le symptôme d'une maladie plus sérieuse, nécessitant un bilan poussé, comme le diabète ou un problème de thyroïde. Chez les chats âgés, elle peut également être liée à la présence d'une tumeur externe (que vous pouvez détecter en caressant votre chat) ou d'une tumeur interne logée dans le foie ou le pancréas. Un bilan vétérinaire poussé est alors nécessaire pour trouver le traitement qui soulagera votre animal.