Catégories

Conseils pratiques

L'autorité du maître et la confiance du chien

Il est évident que si on bat un chien, on engendre chez lui de la rancune et de la haine, et non de l'affection et de l'amitié, comme cela serait souhaitable. 
On acquiert la confiance de son chien par les promenades qu'on fait avec lui, les repas qu'on lui donne, l'affection, la tendresse, l'amitié qu'on a à son égard, par toutes les petites attentions qu'on lui porte, comme le brosser et le peigner. Si on commence tôt, lorsque l'animal est jeune, il aimera ces gestes et les considérera comme des marques d'affection. 
On acquiert la confiance du chien en le flattant, en le caressant, en lui parlant, même s'il ne comprend pas. Il réalise quand même que son maître s'occupe de lui, lui porte de l'attention. 
C'est ce qui met le chien en confiance vis-à-vis son maître.


Nous avons déjà dit que le chien voit son maître, non pas comme un être humain, mais comme un de ses semblables, supérieur à lui. 

On obtient donc l'autorité par l'éducation et par l'entraînement. Si le chien sent qu'il est aimé, il sera porté à obéir plus facilement.
Le chien, par nature, aime l'homme. Il se sent en sécurité en sa compagnie. S'il est bien traité, il se soumettra. 
Le maître affirmera son autorité s'il a confiance en lui-même, si le ton de sa voix est ferme, s'il ne trahit aucune peur, aucune crainte face au chien. 
L'animal est très capable de sentir si son maître a peur de lui ou s'il a confiance en lui-même et cela aura beaucoup d'influence sur le comportement du chien. 
Il perçoit par instinct l'assurance ou la faiblesse de son maître. 
C'est une question de fermeté avant tout. On obtient donc l'autorité par la compréhension, l'affection et la fermeté.
Le chien accepte son maître comme "chien-chef" lorsque celui-ci lui a prouvé sa supériorité.