Catégories

Conseils pratiques

Les vers digestifs du chien

L’impact des vers digestifs sur la santé du chien

La présence de vers digestifs reste d’abord silencieuse, inapparente ou discrète (un pelage terne par exemple).

Lorsque les vers se multiplient, l’atteinte du chien devient visible. Des troubles digestifs surviennent : diarrhée ou constipation, vomissements, ballonnements, douleur abdominale.

Ces signes peuvent être plus ou moins marqués, voire intermittents (le chien semble aller mieux, puis rechute). Sans traitement, ils persistent dans le temps et s’aggravent. Le chien maigrit, il est triste, ne joue plus, boude la promenade...

Les symptômes varient selon le parasite en cause et l’ampleur de l’infestation. Les trichures et les ankylostomes entraînent ainsi une diarrhée avec présence de sang et parfois une anémie. S’ils sont trop nombreux, les ascaris peuvent perforer la paroi intestinale, provoquant des conséquences très graves.

D’autres atteintes peuvent aussi être associées. Des signes respiratoires (toux) s’observent par exemple avec certains ascaris car leurs larves migrent de l’intestin vers le poumon.

La contamination transcutanée par les ankylostomes provoque de la fièvre et une augmentation de taille des ganglions lymphatiques.

Le chiot est particulièrement sensible à ces vers intestinaux. En cas d’infestation, sa croissance peut être perturbée, car les parasites le spolient des vitamines et minéraux indispensables à un développement harmonieux.

Les voies de contamination

La voie de contamination du chien varie selon l’espèce de parasite. Les vers du chien (parasites internes) sont nombreux, ce qui entraîne des modes de contamination différents. Et ce, tout au long de la vie du chien. 

Dans le cas des nématodes, le chien s’infeste généralement en avalant leurs œufs. 

Des vers aussi présents sur les trottoirs des villes

Ils sont présents dans le milieu extérieur (dans l’herbe, sur les trottoirs). Le chien se contamine facilement lors de sa promenade, même en ville.

En ce qui concerne les ascaris, dans la majorité des cas, le chiot est contaminé par sa mère, au cours de la gestation ou dès la naissance en buvant le lait maternel. 

Le traitement des femelles pendant la gestation et la lactation est donc recommandé.

Certaines larves de vers (les ankylostomes) pénètrent directement au travers de la peau.

Les ténias

Le cycle parasitaire des ténias est différent, car il implique plusieurs hôtes. 

Les larves se développent chez un hôte dit intermédiaire (insecte, petit rongeur, ruminant). 

Mais l’évolution de ces larves en parasites adultes se déroule chez un autre animal : le chien (ou le chat). Le chien est donc directement contaminé par les larves de ténia (et non les œufs), en mangeant l’hôte intermédiaire.

La puce aussi est responsable de la transmission de vers.

Celle-ci s’infeste au stade de larve en ingérant les œufs du parasite. Et le chien s’infeste ensuite en avalant des puces adultes contaminées. 

Le ténia adulte se développe dans l’intestin du chien, qui rejette des œufs dans les selles. De nouvelles larves de puces les ingèrent à leur tour... 

Vermifuger son chien : un geste essentiel

Les vers du chien (ou du chat) peuvent leur transmettre de graves maladies. Il existe également des risques de zoonoses, c’est-à-dire de maladies transmissibles à l’homme. 

Donner un vermifuge à son animal est la meilleure prévention possible. 

Au regard des protections qu’il assure et des frais de soins qu'il peut éviter, le coût d’un vermifuge n’est pas élevé. C’est un acte essentiel. 

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LES PRODUITS