Catégories

Conseils pratiques

Le chat en société

Afin de mieux comprendre les diverses manières dont les chats réagissent avec leur maître, il faut non seulement connaître leurs façons de communiquer, mais aussi leur comportement social et la façon dont ils réagissent naturellement avec leurs congénères. Les chats, qui évoluent dans une société dominée par les femelles, ont été souvent présentés comme les premiers vrais féministes. Leur comportement en société dans la vie sauvage est fondé sur la coopération entre les mères, les filles, les grands-mères, les soeurs et les tantes, qui vivent toutes ensemble dans des unités familiales. Au sein de ces groupes, les chattes mettent en commun l'élevage des chatons, et elles s'entraident pour la défense du territoire contre des intrus potentiels. Les comportements des membres du groupe sont régis par l'affection et la tolérance, mais les étrangers ne sont pas les bienvenus, et l'hostilité envers des sujets qui n'appartiennent pas au clan peut être vive.

Cela peut avoir de sérieuses implications dans les maisons où vivent plusieurs chats sans liens familiaux. la stérilisation peut alors avoir des effets bénéfiques en permettant à ces groupes de vivre dans une relative harmonie.

Il a été clairement démontré que les chatons d'une même portée font  les meilleurs compagnons, et il est donc conseillé de ne pas séparer les individus apparentés. L'intégration de nouveaux venus est néanmoins possible si elle est progressive et non menaçante.

La cohésion familiale

Maintenir l'harmonie d'une famille, quel que soit le groupe social, peut relever de la performance, et l'unité familiale ne peut être tenue pour acquise dans la société féline, comme dans celle des humains.

Les chats ont des comportements-types spécifiques qui ont pour but de diminuer les conflits. les deux comportements d'ordre affectif les plus fréquents sont le frottement et le léchage. 

Le frottement

Le frottement est un comportement très codifié dans le cadre des relations avec le maître comme dans la communication entre chats. Outre le fait qu'il est utilisé comme un signe d'affection et qu'il est encouragé par la plupart des maîtres, le frottement apparaît comme une sorte de démonstration de respect.

Bien que les chats ne vivent pas sous le règne d'une certaine hiérarchie, comme les humains, il semble pourtant qu'ils reconnaissent la position sociale.

Dans le cas de la communication chat-maître, le frottement semble avoir différentes fonctions, dont la reconnaissance du statut du maître et la confirmation des bonnes relations entre celui-ci et l'animal. Mais il peut aussi prendre une signification acquise lorsque le maître y répond régulièrement en lui donnant une friandise.

La toilette mutuelle

Contrairement au frottement, la toilette par léchage apparaît comme un comportement social qui sert non seulement à cimenter les relations entre les chats, mais aussi à échanger quelques informations importantes sur le groupe sous forme de senteurs et de saveurs.

Dans la plupart des maisons ayant plusieurs chats, les maîtres éprouvent un grand plaisir à observer deux chats blottis l'un contre l'autre : c'est lors de ces moments de détente totale qu'à lieu le toilette réciproque. Ce toilettage n'est pas limité à la tête et au cou, zones de son corps qu'un chat a du mal à atteindre. La plupart des chats en profitent pour flairer la tête et la région caudale de leurs compagnons, surtout si ceux-ci reviennent du dehors. On pense qu'en procédant de cette façon, ils contrôlent les activités de leurs congénères hors de la maison. En détectant les odeurs qu'un autre chat rapporte de ses promenades, il leur est possible de découvrir ce que l'autre a mangé, où il est allé et quelles ont été ses rencontres.